Service Général d'Audit Budgétaire & Financier

Imprimer la page

Déroulement d'une mission d'audit

1. Ordre de mission

L'ordre de mission est le mandat donné par une autorité compétente au Service d'audit de réaliser une mission d'audit sur telle entité et qui précise l'origine de la mission et son étendue.

L'ordre de mission répond à trois principes essentiels :

1.      le service d'audit ne peut pas se saisir lui-même de ses missions. La décision de réaliser une mission d'audit dans telle ou telle entité ne lui appartient pas. Toutefois, le service d'audit peut, si nécessaire, proposer de réaliser une mission au Comité d'audit ou au Secrétaire général qui prendra la décision.
2.      l'ordre de mission doit émaner d'une autorité compétente : Secrétaire général, Comité d'audit, cabinet ministériel.
3.      l'ordre de mission permet de diffuser l'information à tous les responsables concernés. Il est adressé non seulement au service d'audit mais aussi à tous ceux qui vont être concernés par la mission d'audit (Direction de l'entité auditée,…).

Missions prévues dans le programme d'audit :
Le programme d'audit constitue par lui-même un ordre de mission collectif.
Le service d'audit ne doit donc pas attendre de recevoir d'ordre de mission spécifique pour débuter une mission qui est prévue dans le programme d'audit. Dans ce cas, le SGAQ rédige de sa propre initiative un ordre de mission selon un modèle préétabli et le soumet à la signature du Secrétaire général (en tant que Président du Comité d'audit).

Missions spécifiques
Les missions d'audit spécifiques sont des missions non prévues dans le programme d'audit et qui émanent d'un cabinet ministériel, du Secrétaire général ou de la Direction d'une entité du Ministère.
Lorsque la demande émane d'un cabinet ministériel ou de la Direction d'une entité, les auditeurs la formalisent sous forme d'ordre de mission dans un document écrit (modèle préétabli) et le soumettent à la signature du Secrétaire général (en tant que Président du Comité d'audit).

2. Rencontre avec la Direction de l'entité auditée

Après réception de l'ordre de mission et avant de commencer tout travail dans l'entité à auditer, le Service d'audit organise une rencontre avec la Direction de l'entité auditée afin de déterminer différents points :

1.      objectifs de la mission
2.      faisabilité de la mission d'audit (ressources suffisantes, délais,...)
3.      étendue de la mission : l'(es) entité(s) concernée(s) ou les processus
         concernés
4.      nature de la mission d'audit (ressources humaines, ressources
         technologiques, organisation, communication,...)
5.      délais de la mission
6.      auditeurs responsables de la mission
7.      description du déroulement de la mission
8.      organisation ou non d'une réunion d'ouverture avec l'ensemble du
         personnel
9.      rapport d'audit : destinataires du rapport, rapport intermédiaire,...
10.    plan d'action

3. Compte rendu de la réunion avec la Direction de l'entité auditée

Suite à la rencontre avec la Direction de l'entité auditée, le Service d'audit rédige un compte rendu de cette réunion.
Le compte rendu de la réunion est envoyé aux personnes présentes à la réunion ; lesquelles disposent d'un délai pour communiquer au service d'audit leurs éventuelles modifications et/ou commentaires.
Le service d'audit introduit les modifications et transmet le compte rendu final par note interne aux mêmes personnes.

4. Réunion d'ouverture

But :
La réunion d'ouverture a pour but d'établir les premiers contacts avec l'ensemble des personnes impliquées par l'audit avant de débuter les travaux.

La réunion d'ouverture est facultative : les auditeurs et la Direction de l'entité auditée décident de l'organisation d'une réunion d'ouverture. Pour les missions qui exigeraient la présence de beaucoup de personnes, il peut être plus aisé de transmettre une note explicative.
Toutefois, quand c'est possible, l'organisation d'une réunion d'ouverture est toujours préférable.

Personnes présentes à cette présentation :

le responsable du service d'audit ou son délégué 
les auditeurs chargés de la mission 
la Direction de ou des entité(s) auditée(s) 
l'ensemble du personnel de ou des entité(s) auditée(s) ou les responsables des processus audités

Support de la présentation :
Il s'agit d'une présentation orale faite par les auditeurs, avec support Power Point.

Contenu de la présentation :
1.      Présentation succincte du Service d'audit : place au sein du MCF, missions,
         normes respectées,...
2.      Contexte et objectifs de la mission
         Contexte = le pourquoi de la mission (exécution du programme d'audit,
         demande spécifique en raisons de problèmes aigus,...)
         Objectifs = le but de la mission
3.      Etendue de la mission : entité(s) concernée(s) ou processus concerné(s)
4.      Déroulement de la mission
5.      Présentation de la méthodologie
6.      Rapport
7.      Evaluation
8.      Plan d'action et suivi de la mission
9.      Planning
10.    Contacts

Après la présentation, les auditeurs répondent aux questions des audités.

5. Récolte d'informations (prise de connaissance du domaine audité)

Cette étape est une des plus importantes d'une mission d'audit.
La durée de la prise de connaissance varie en fonction de différents éléments : complexité du sujet, profil de l'auditeur, existence d'audits antérieurs,...

But :
L'auditeur doit prendre connaissance du domaine à auditer afin de pouvoir bâtir le référentiel de contrôle interne et définir les objectifs d'audit.

Cette prise de connaissance s'organise autour de plusieurs objectifs :

       avoir dès le départ une bonne vision d'ensemble des contrôles internes 
       identifier les problèmes essentiels 
       éviter d'omettre des questions et des préoccupations importantes 
       ne pas tomber dans des considérations abstraites 
       permettre l'organisation des opérations d'audit

Contenu :
La récolte d'informations doit être organisée.
L'auditeur doit planifier sa prise de connaissance et prévoir le ou les moyens les plus appropriés pour l'acquérir.

Les informations à récolter peuvent être regroupées en différents thèmes:

1.      contexte structurel de l'entité auditée (AG, DG,...)
2.      structure et organisation internes de l'entité auditée
3.      organigramme (établissement ou obtention et vérification) et relations de
         pouvoirs
4.      environnement informatique
5.      contexte réglementaire
6.      processus et procédures
7.      système d'information : communication interne et externe
8.      problèmes passés ou en cours
9.      réformes en cours ou prévues

Outils :
Les auditeurs utilisent différents outils (moyens) pour acquérir des connaissances :

1.      Examen des résultats de l'analyse de risques.

Il est important de tout d'abord reprendre les résultats de l'analyse de risques concernant l'entité ou le processus audité.
Ces résultats servent de base aux auditeurs et peuvent être soumis aux agents lors des entretiens pour mise à jour ou validation.

2.      Les entretiens avec les responsables de plus haut niveau dans l'activité auditée.

Les entretiens avec les agents de haut niveau permettent d'avoir des informations claires et générales sur les objectifs de l'organisation.

3.      L'analyse de documents de base.

Les flow-charts (diagramme de circulation) permettent de prendre connaissance des processus. S'ils n'existent pas, il faut les créer sur base des informations recueillies et les faire valider par l'audité.
Les grilles d'analyse de tâches permettent de bien comprendre la répartition des travaux entre les agents.
L'examen des rapports d'éventuels audits antérieurs, des rapports de la Cour des Comptes et de l'Inspection des Finances permet d'identifier les risques présents.
L'auditeur peut également faire des rapprochements sur diverses statistiques.

6. Détermination du référentiel de contrôle interne (RCI)

But :
Le référentiel de contrôle interne permet à l'auditeur de déterminer les objectifs d'audit, lesquels se retrouveront dans le programme de travail.
La démarche doit permettre à l'auditeur d'organiser sa mission en identifiant les points qu'il devra approfondir et a contrario ceux sur lesquels il pourra passer rapidement voire même faire l'impasse.

Rmq : cette étape n'est pas nécessaire si le sujet de la mission est simple ou si les risques sont déjà identifiés dans l'ordre de mission.

Contenu :
Le référentiel de contrôle interne devra être un inventaire le plus complet possible et tendre à l'exhaustivité :

       des objectifs d'un processus audité 
       des risques associés à ces objectifs 
       des conséquences associées à ces risques 
       des dispositifs de contrôle interne

On utilise un référentiel différent par processus.Comment remplir le référentiel de contrôle interne ? 

Première étape (colonnes 1 et 2):
- découper le processus en activités ou opérations élémentaires (colonne 1)
- indiquer en face de chaque activité quel est son but (= à quoi sert-elle ?) (colonne 2) 

Deuxième étape (colonne 3) :
Il faut déterminer les risques encourus, c'est-à-dire tout événement qui empêche la réalisation des objectifs. Il ne s'agit pas d'identifier avec précision tous les risques susceptibles de se manifester ; ce serait impossible. Il s'agit de reprendre les risques essentiels attachés à l'activité. 

Troisième étape (colonne 4) :
Détermination des causes des risques. 

Quatrième étape (colonne 5):
Détermination des conséquences des risques. 

Cinquième étape (colonne 6):
Indiquer quel est (sont) le(s) dispositif(s) de contrôle interne que l'on devrait trouver en bonne logique normalement pour faire échec au risque identifié (exemple : supervision, norme, procédure, personnel qualifié, matériel adéquat,...). 

Sixième étape (colonne 7):
L'auditeur se contente d'indiquer si le dispositif de contrôle interne identifié existe (oui) ou n'existe pas (non). On ne regarde que l'existence du dispositif et non son fonctionnement.

7. Détermination des objectifs d'audit

But :
Restreindre le champ couvert par le référentiel de contrôle interne.

Première étape :
Hiérarchiser les risques du référentiel : mesure de la probabilité (causes) et de l'impact (conséquences) des risques par les audités.
Comment attribuer les cotes ?
Tant pour la probabilité que pour l'impact, l'échelle de cotation va de 1 à 4 :

1 = très faible
2 = faible à moyen
3 = moyen à important
4 = très important

La cotation est effectuée par les audités mais les auditeurs peuvent, en fonction de leur appréciation des risques, modifier la cotation (à la hausse comme à la baisse).

8. Rapport d'orientation

But :
Le rapport d'orientation permet de définir et de formaliser les axes d'investigation de la mission et ses limites ; il les exprime en objectifs à atteindre par l'audit.
Le but de ce document n'est pas de décrire les travaux ou techniques spécifiques mais de préciser les points qui seront analysés lors de la mission (voir phase de réalisation de la mission).

Le rapport d'orientation est une sorte de contrat de prestations de service entre les audités et le service d'audit ; un compromis entre les attentes (de la Direction, du demandeur et des audités) et les capacités en temps et compétences des auditeurs.

Contenu :

1.      Reprendre les objectifs d'audit déterminés en les formulant de la manière
         suivante : " s'assurer que… ", " apprécier si... ".
2.      Prendre en compte les priorités et préoccupations d'actualité de l'entité
3.      Prendre en compte les objectifs incontournables du service d'audit
4.      Déterminer les ressources, humaines et matérielles, nécessaires à la
         réalisation de la mission
5.      Etablir un calendrier d'exécution de la mission

Le rapport d'orientation fera l'objet d'une validation par l'entité auditée, et ce, afin de canaliser leur adhésion positive et active au travail du service d'audit. 

9. Le programme de travail

Le programme de travail constitue la base de la phase de réalisation.

But :
Il s'agit d'un document interne au service dans lequel on procède à la détermination, la répartition et la planification des tâches qui permettront aux auditeurs d'atteindre les objectifs du rapport d'orientation.

Contenu :
Le programme de travail reprend 2 points essentiels :
- les travaux d'audit à accomplir pour atteindre les objectifs d'audit
- les techniques, outils dont il faut envisager l'utilisation : diagramme de circulation, sondage statistique, entretien,...

10. Le questionnaire de contrôle interne (Q.C.I)

Le QCI est un document interne utilisé par les auditeurs.

But :
Le QCI est le guide de l'auditeur pour réaliser son programme de travail et il doit donc permettre de réaliser l'observation la plus complète possible. L'objectif est d'évaluer le dispositif de contrôle interne pour chaque opération " à risques ".

Contenu :
Le QCI comporte les questions visant à analyser les opérations " à risques " et à vérifier l'existence et l'efficacité des contrôles définis dans le référentiel de contrôle interne. Ce ne sont pas des questions que l'auditeur pose mais les questions qu'il va se poser et pour lesquelles il déterminera les outils qui permettront d'y répondre tel que les entretiens, l'analyse de documents…

Le QCI comporte 5 questions fondamentales qui permettent de regrouper l'ensemble des interrogations concernant les points de contrôle : qui - quoi - où - quand - comment

Qui ? regroupe les questions relatives à l'opérateur qu'il faut identifier avec précision et déterminer quels sont ses pouvoirs. Pour répondre à ces questions on utilise les organigrammes hiérarchiques et fonctionnels, les analyses de postes...
Quoi ? regroupe les questions relatives à l'objet de l'opération, quelle est la nature de la tâche, quelle est la nature du produit fabriqué, du contrôle.
Où ? concerne les endroits où se déroule l'opération
Quand ? regroupe les questions relatives au temps : début, fin, durée, périodicité,...
Comment ? regroupe les questions relatives à la description du mode opératoire, comment se réalise la tâche.

Pour chaque opération cataloguée " à risques " on élabore un QCI sur base des 5 questions fondamentales qui permettent d'identifier les tâches élémentaires à partir desquelles on déduit les questions de contrôle interne.

Pour chaque question l'auditeur détermine les outils à mettre en œuvre pour y répondre, quand et par qui.

11. Le travail de terrain

Durant cette phase il s'agit pour l'auditeur de répondre aux questions du QCI. Les outils à mettre en œuvre sont déterminés dans le QCI mais il se peut que lors de la phase de terrain un outil s'avère inapproprié et qu'il faille en choisir un autre.
Les outils vont des observations aux différentes sortes de tests : analyse de documents, réconciliation des données, entretiens,...

L'auditeur ne peut jamais baser ses constats sur des hypothèses ou intuitions, il doit avoir des preuves de ce qu'il avance.
Il existe 4 critères de qualité de la preuve : pour qu'un constat soit considéré comme prouvé et valable, la preuve doit être :
PERTINENTE = en relation avec les objectifs d'audit
SUFFISANTE = fonctionnelle, appropriée et probante, présentant assez d'information
CONCLUANTE = fiable, elle doit permettre d'aboutir à une conclusion aussi précise que possible et certitude de la qualité de la source
UTILE = répondant aux objectifs de l'organisation

Les preuves peuvent être classées en 4 catégories :

       - La preuve physique : c'est ce que l'on voit, constate = observation. 
       - La preuve testimoniale : témoignages. C'est une preuve très fragile qui
         doit toujours être recoupée et validée par d'autres preuves 
       - La preuve documentaire : pièces comptables, procédures écrites,
         comptes-rendus, notes,…faire attention à la qualité du document et à
         l'analyse qu'on en fait 
       - La preuve analytique : résulte de calculs, rapprochements, déductions et
         comparaisons diverses. Les aléas ici se cumulent : ceux liés aux 
         documents, témoignages à partir desquels on va réaliser l'analyse ainsi 
         que les erreurs de calculs et de déductions de l'auditeur lui-même.

12. La FRAP

= Feuille de Révélation et d'Analyse de Problème

Durant la phase de terrain, pour chaque dysfonctionnement constaté, l'auditeur rédige une FRAP.

But :
La FRAP est un document normalisé qui va conduire et structurer le raisonnement de l'auditeur jusqu'à la formulation de la recommandation. Les FRAP serviront également de base pour la rédaction du rapport.

Forme :
La FRAP reproduit les différentes phases du raisonnement dans leur ordre chronologique et logique.
L'auditeur rempli une FRAP à chaque fois qu'une observation révèle un problème. En fait, l'auditeur se sert de la FRAP pour mener à bien son raisonnement.

13. Le compte rendu final

But :
Le compte rendu final est la présentation orale, par le(s) responsable(s) de la mission au principal responsable de l'entité auditée, des observations les plus importantes. Le but est d'informer rapidement et en premier le responsable de l'entité auditée du résultat des travaux d'audit et des conclusions dégagées.

Principe :
Cette présentation est effectuée à la fin du travail de terrain et avant la rédaction du projet de rapport. Il s'agit d'une sorte de " pré-validation " générale.
Ce compte rendu nécessite de l'équipe d'audit la parfaite maîtrise de ses conclusions et engage sa crédibilité.
Des questions ou contestations du responsable de l'entité peuvent amener les auditeurs à effectuer des travaux complémentaires.

14. L'appréciation du contrôle interne

Trois éléments clés sont à prendre en compte pour l'évaluation du CI :

       - les travaux d'audit ont-ils mis en évidence des anomalies ou des
         faiblesses significatives ?
       - en cas de réponse positive, des corrections ou améliorations ont-elles été
         apportées après constatation des anomalies ou faiblesses ? 
       - ces anomalies ou faiblesses et leurs conséquences sont-elles
         vraisemblablement généralisées et entraînent-elles de ce fait un degré
         inacceptable de risque ?

Toutefois, l'existence temporaire d'une anomalie ou faiblesse significative ne signifie pas nécessairement que cette anomalie ou faiblesse est généralisée et qu'elle entraîne un risque résiduel inacceptable. La nature des anomalies/faiblesses, leur caractère restreint ou généralisé, ainsi que la gravité des conséquences et des risques, sont autant de facteurs à prendre en compte pour déterminer si l'efficacité de l'ensemble du dispositif est remise en cause et s'il existe des risques inacceptables.

Les normes professionnelles exposent différentes techniques d'appréciation du contrôle interne. Il y a les méthodes subjectives et les méthodes objectives.

A ce jour le SGAQ utilise une méthode subjective (relativement puisque les faits sont de toute façon issus des travaux d'audit) et effectue l'appréciation du contrôle interne en établissant le relevé des principaux points forts et points faibles. Ce relevé s'insère dans la synthèse du rapport.

15. Le Projet de rapport

L'auditeur se base sur les FRAP et les papiers de travail pour conclure sa mission d'audit.

Principe :
Le projet de rapport n'est pas le rapport final pour trois raisons :

       - l'absence de validation générale : les observations constatées par les auditeurs n'ont pas été validées officiellement par les audités. Elles ne peuvent être considérées comme définitives ; 
       - l'absence de réponse des audités aux recommandations : chaque recommandation émise par le Service d'audit doit faire l'objet d'une réponse de l'audité ; 
       - l'absence de plan d'action : deux pratiques co-existent dans ce domaine : soit la remise du rapport final sans attendre le plan d'action, soit l'association du plan d'action au rapport final.

Structure :
Le projet de rapport peut se présenter sous deux formes distinctes : soit un simple relevé des FRAP classées de façon logique et par ordre d'importance ne présentant aucun effort de rédaction, d'introduction, de synthèse et de conclusion ; soit selon le format du rapport final.

La deuxième option est celle qui est privilégiée au sein du Service d'audit. La première pouvant être utilisée avec l'accord du Responsable de l'audit en cas d'urgence dans la mission.

16. La Réunion de validation et de clôture

But :
Cette réunion présente plusieurs objectifs :

       - présenter et valider les constats ; 
       - expliquer les recommandations ; 
       - fixer les modalités pratiques relatives au plan d'action et au suivi de la
         mission.

Tous les éléments découverts lors de l'audit doivent être présentés et validés par l'audité. Le rapport final ne doit pas contenir d'éléments qui n'auraient pas été présentés à l'audité. Tout doit être compris et les audités doivent reconnaître les constats comme exacts.

Personnes présentes :

       - le choix des participants de l'entité auditée : logiquement, on retrouvera lors de la réunion de clôture les personnes ayant participé à la réunion de début de mission. Cependant, il faut veiller à ce que participent les personnes nécessaires à un échange complet et détaillé des points " techniques " décrits dans l'exposé général du rapport.
       - la représentation du Service d'audit : la présence ou non du responsable de l'Audit, son rôle dans la réunion peuvent jouer lors de la présentation afin de marquer l'entité auditée sur l'importance de l'Audit.

Déroulement de la réunion de clôture et de validation :
L'ordre du jour de cette réunion est l'examen du projet de rapport qui a été remis à chaque participant, au moins 5 jours ouvrables avant la réunion.

Présentation du projet par les auditeurs

L'auditeur présente les points essentiels qui seront évoqués et illustrera ceux-ci par des constats précis. L'auditeur commencera si nécessaire par une brève explication des processus en place. Ensuite, il abordera les points forts ou satisfaisants qui n'ont pas fait l'objet de FRAP et finira par les dysfonctionnements en fonction de leur importance.

Observations des audités

Dans le souci d'une participation des audités au processus d'audit, un droit de réponse de ceux-ci sur le projet de rapport est rendu possible. Celui-ci peut être informel et oral lors de la réunion de clôture. Il peut également être écrit et formel.

Lors de la réunion, deux types de contestations peuvent se présenter à l'auditeur :

       - contestations relatives aux constats : deux situations possibles: soit l'auditeur fournit un élément de preuve et la contestation s'éteint, soit il n'est pas en mesure de fournir cet élément et il est préférable d'abandonner le point litigieux. 
       - contestations relatives aux recommandations : comme il s'agit d'un Projet, l'audité peut éventuellement suggérer autre chose. L'audité reste le spécialiste du sujet audité. Sa proposition peut englober des aspects oubliés ou non vus par l'auditeur. Dans ce cas, l'auditeur peut modifier voire annuler le contenu de son texte sur un point si l'audité le convainc. Cela ne doit pas l'empêcher de maintenir son texte s'il n'est pas convaincu. N'oublions pas que l'audité a toujours le droit de refuser une recommandation lors de sa réponse écrite. En effet, l'audité pourra encore réagir aux recommandations lors de ses commentaires écrits et/ou lors de l'élaboration de son plan d'action.

Modalités relatives au plan d'action et au suivi

Les auditeurs préciseront, lors de cette réunion, la date de remise des commentaires écrits (si nécessaire) sur les constats et les recommandations et les modalités relatives au plan d'action (date de remise, insertion ou non dans le rapport, nom du responsable). Le processus de suivi sera également brièvement présenté.

La réunion de validation doit faire l'objet d'un compte rendu intégrant toutes les remarques sur les constats et les recommandations. Ce compte rendu est envoyé pour approbation à l'audité.

17. Le Rapport d'audit final

Le rapport d'audit final ne peut être rédigé que lorsque les audités ont remis leurs commentaires écrits, si prévus lors de la réunion de validation.

Principes généraux du rapport d'audit :

       - le rapport doit être complet, constructif, objectif et clair. La signature du rapport par le responsable donne l'exemple de responsabilité: le responsable de l'Audit assume personnellement toutes les conséquences des travaux de ses subordonnés. Même en cas de conclusions positives, un rapport doit être rédigé. 

       - le rapport ne doit contenir que des éléments qui ont été présentés aux responsables audités. Le Rapport d'audit ne doit pas constituer une surprise pour les audités. C'est à cette fin que la réunion de validation et de clôture est organisée. Elle rend indiscutable les faits, les constats et si possible les conclusions. 

       - Le rapport doit être structuré pour des lecteurs différents. C'est pourquoi, il comprend un exposé général et une synthèse. L'exposé général doit être complet et technique et apporter toutes les informations utiles aux responsables audités et aux responsables des actions à entreprendre. La synthèse s'adresse à des personnes qui doivent être informées et sensibilisées mais qui n'ont pas à résoudre les dysfonctionnements relevés.

       - Le rapport doit être objectif, clair, concis, utile et le plus convaincant possible.

       - Le rapport doit être revu par au moins une personne du Service d'audit qui n'a pas participé à sa rédaction.

Le rapport d'audit a deux objectifs distincts :

       - il s'agit d'un document d'information pour la hiérarchie. L'audit donne à celle-ci une assurance sur la maîtrise du domaine audité. Le document à fournir ne contient que des indications générales. Il reprend clairement une identification des risques relevés et indique les mesures à prendre ; 
       - il s'agit d'un outil de travail pour les audités. C'est à partir du Rapport que l'audité prend les mesures correctrices. Pour ce faire, le document doit reprendre l'analyse et le détail des constats et des observations ainsi que des recommandations précises.

18. Plan d'action

Le service d'audit n'ayant ni l'autorité ni la responsabilité de mettre en place dans les entités auditées les recommandations qu'il a faites, il est demandé à la Direction de ces entités d'élaborer des plans d'action visant à mettre en œuvre les recommandations, c'est-à-dire de prendre des mesures pour gérer les risques.

Le service d'audit transmet une note d'information sur la manière d'élaborer les plans d'action.

Le plan d'action élaboré par l'audité est :

       - soit inséré au rapport ; 
       - soit remis à une date ultérieure comme convenu lors de la réunion de
         clôture et de validation.
Dans les deux cas de figure, le rapport d'audit final doit contenir soit le plan d'action, soit les modalités de remise future de celui-ci.

Pour chaque recommandation, l'audité doit clairement exprimer sa position sur les recommandations :

       - acceptation ; 
       - acceptation partielle ; 
       - refus.

Dans les deux premiers cas de figure, il mentionne qui fera quoi et quand. Chaque recommandation est numérotée et en face de celle-ci, on trouvera le nom du responsable de la mise en œuvre, la date de réalisation de la mise en œuvre et l'opération à réaliser. En cas d'acceptation partielle, l'audité doit expliquer pourquoi l'acceptation n'est pas totale.

En cas de refus, l'audité doit également en expliquer les raisons. Il ne peut s'agir d'une contestation du constat puisque celui-ci a été validé lors de la réunion de clôture. Un refus peut être le reflet d'un manque de qualité ou de réalisme de la recommandation.

Le plan d'action doit être validé par le service d'audit. Ce dernier doit émettre des observations s'il estime le plan d'action partiellement ou totalement insuffisant. Le responsable du service audité y apporte alors les modifications nécessaires.

schéma du déroulement d'une mission d'audit